Vous naviguez en mode anonymisé, plus d’infos

J'ai compris !

Vous trouverez ici la navigation.

NOA est là pour vous aider et répondra à toutes vos questions 😀.

Fermer
Je suis Noa !

Le Lionbot de la Région Nouvelle-Aquitaine

cafe_de_l'espace_flayat
Temps de lecture 5 minutes
actualité

L'accessibilité aux services et aux équipements

Cette nouvelle étude analyse l’accessibilité aux services et aux équipements de la Nouvelle Aquitaine et de ses territoires en se basant sur le niveau d’équipement des communes.

Publié le mercredi 8 décembre 2021
  • #Économie territoriale
  • #Politique contractuelle
  • #Particulier

­L'étude examine la question essentielle de l’accès des populations aux services et aux équipements à l’échelle de la France métropolitaine, de la Nouvelle-Aquitaine et de  ses EPCI. Quels sont les différents niveaux d’équipements et de services ? Quel est le temps d’accès moyen à chacun des niveaux ? Quelle est la situation de la Nouvelle-Aquitaine par rapport aux autres régions ? Au sein de notre région, quels sont les territoires pour lesquels l’accessibilité est la plus faible ? Autant de questions auxquelles  cette étude apporte un nouvel éclairage.

Des temps d’accès différents

Une analyse récente menée pour la France métropolitaine permet de distinguer cinq types de communes, des moins équipées aux plus équipées. Cette analyse renseigne également sur le temps de trajet entre une commune d’un certain niveau d’équipements et de services et les communes les plus proches de niveaux supérieurs.

En se basant sur ces données, les analystes ont pu calculer, à différentes échelles géographiques, le temps d’accès moyen aux différents services et équipements.

Une accessibilité liée au caractère rural de la région

Un des résultats de l’étude montre que l’accessibilité aux services et équipements est globalement moins bonne en Nouvelle-Aquitaine que dans le reste de la France métropolitaine. Les temps d’accès aux communes équipées sont toujours supérieurs, mais dans des proportions faibles, de l’ordre de quelques minutes.

Cette moins bonne accessibilité s’explique par le caractère plus rural de la région : quand on intègre cet élément dans l’analyse, les différences de temps d’accès entre la Nouvelle-Aquitaine et les autres régions de province disparaissent. Autrement dit, à degré de ruralité égal, les inégalités d’accessibilité disparaissent.

Une forte hétérogénéité entre les EPCI de la région

A l’échelle des EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) de Nouvelle-Aquitaine, on observe une hétérogénéité relativement forte des temps d’accès aux différents niveaux de la gamme : les EPCI les plus éloignés ont des temps d’accès entre 3 et 4 fois plus importants que les EPCI les mieux placées.

Les EPCI plus éloignés que d’autres pour accéder à un niveau de la gamme ne sont pas les mêmes selon les niveaux.

Les résultats de l’étude plaident pour  des actions territoriales différenciées en fonction du niveau de la gamme de services et d’équipements des EPCI.

Les niveaux de communes qui ont servi à l’étude
  • Communes non centre (niveau 0) ;
  • Centres locaux (niveau 1) : 7010 centres locaux rassemblent une douzaine de services et équipements du quotidien, principalement des services aux particuliers (salon de coiffure, restaurant, artisans du bâtiment) complétés par une école élémentaire, une boulangerie et un infirmier.
  • Centres intermédiaires (niveau 2) : 2 880 centres intermédiaires offrent un panier plus diversifié, avec une vingtaine de commerces et services supplémentaires incluant médecin généraliste, pharmacie, chirurgien-dentiste, bureau de poste, banque, station-service, supermarché, école maternelle, collège, etc.
  • Centres structurants (niveau 3) : 743 centres structurants, caractérisés par une quarantaine de commerces et services venant compléter la palette des 29 équipements déjà rencontrés dans les centres intermédiaires. Outre le lycée, ce sont principalement des commerces, des services de santé et des services aux particuliers spécialisés, ainsi que quelques équipements de sports, loisirs et culture comme un cinéma, une piscine ou une salle de remise en forme.
  • Centres majeurs (niveau 4) : 142 centres majeurs offrent la quasi-totalité des services de santé, des commerces de la grande distribution ou alimentaires spécialisés, plusieurs services aux particuliers supplémentaires, notamment des services de l’administration judiciaire, de l’administration fiscale, des établissements scolaires et universitaires et des équipements de sports, loisirs et culture comme un théâtre, un conservatoire, un musée, un plateau pour la pratique du roller skate ou du vélo bi-cross.
Documents associés à l'étude
NOTE_accessibilite.pdf (Format pdf, 1.91 Mo)

Investissons aujourd'hui, dessinons demain